ACTUALITE NATIONALE

  • Opération libérez les trottoirs : l’armée obtient l’onction d’Ali Bongo

    Le Premier ministre gabonais, Rose Christiane Ossouka Raponda a conduit vendredi au cabinet du président Ali Bongo Ondimba plusieurs ministres dont celui de l’Intérieur Lambert Noël Matha et son collègue…

  • Putsch raté au Gabon : Kelly Ondo risque la prison à perpétuité et 100 millions d’amende

    Kelly Ondo Obiang, auteur de l’éphémère coup d’Etat du 7 janvier 2019 a comparu pour la première fois ce vendredi au tribunal de Libreville devant une Cour spéciale militaire pour…

  • Doutsila: la dégradation de la route Nyali/Banda-Mamba, des responsables départementaux accusés de collusion

    L’état de la route Nyali-Mabanda/Banda-Mamba met en colère les populations depuis près de deux ans. Elles ont tout le mal du monde à rallier un point A à un point B à travers l’unique route du département de la Doutsila. Sa dégradation est due à l’utilisation abusive de celle-ci par deux sociétés forestières qui refusent L’article Doutsila: la dégradation de la route Nyali/Banda-Mamba, des responsables départementaux accusés de collusion est apparu en premier sur Gabon Infos.

  • Vivrier: la BM et la Côte d’Ivoire signent un accord de 125 milliards FCFA

    La Banque mondiale et le gouvernement ivoirien ont signé, vendredi, un accord de financement pour soutenir un projet de développement du secteur vivrier et la création de milliers d'emplois en milieu rural en Côte d'Ivoire. D'un montant total de 250 millions de dollars des Fonds IDA (Association internationale de développement), soit 125 milliards FCFA, le Projet de développement des chaînes de valeur vivrières (PDC2V) vise d'une part, à lever les contraintes majeures à la croissance du secteur agro-alimentaire et d'autre part, à stimuler le développement de chaînes de valeurs vivrières plus inclusives, résilientes et compétitives, explique la Banque mondiale dans un communiqué transmis à APA. Le PDC2V offrira de réelles opportunités de partenariats privés entre les acteurs des chaînes de valeur ciblées, notamment le manioc, l'horticulture, l'aquaculture, etc. et renforcera ainsi les investissements pour améliorer et moderniser les segments les plus faibles du secteur. Pour cela, il devrait contribuer à l'amélioration de l'environnement des affaires du secteur agroalimentaire et à une meilleure coordination des chaînes de valeur vivrières par la structuration de leurs acteurs, tout en facilitant leur accès aux technologies modernes adaptées aux besoins des agriculteurs et des entrepreneurs agricoles, aux marchés, et leur résilience au changement climatique. « Selon des prévisions scientifiques, avec l'urbanisation croissante en Afrique, un agriculteur devra nourrir au moins deux consommateurs non agricoles d'ici 2030 et probablement plus de quatre en 2050. Parallèlement, les contraintes foncières et les problèmes climatiques vont augmenter. », a déclaré Coralie Gevers, Directrice des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d'Ivoire, le Benin, la Guinée et le Togo. « Avec ce financement, la Banque mondiale vient soutenir les efforts envisagés par les autorités ivoiriennes en vue de relever ces défis importants, à travers notamment l'augmentation des investissements dans la recherche agricole, la commercialisation et la transformation agro-industrielle pour stimuler le développement d'un secteur agroalimentaire compétitif et inclusif », a-t-elle ajouté. Aux côtés de la Banque mondiale, la Société financière internationale (IFC) jouera un rôle clé dans l'engagement du secteur privé à travers l'amélioration du climat des affaires et la promotion de l'investissement privé dans le secteur agro-alimentaire en Côte d'Ivoire. Et permettre ainsi au PDC2V d'appuyer environ 600 000 petits exploitants agricoles, dont la moitié seront des femmes, 150 PME et au moins 400 microentreprises impliquées dans la production, la commercialisation et la transformation de produits agro-alimentaires. Enfin, le projet favorisera l'accès au financement des PME et petits exploitants agricoles à travers la mise en place d'un instrument de fonds à coûts partagés et la création d'un guichet agricole auprès du Fonds de Garantie des PME (FGPME), dédié aux opérateurs désireux d'investir dans le secteur agro-alimentaire.  Il soutiendra la formation spécifique des femmes leaders d'organisations de producteurs pour favoriser leur inclusion dans la prise de décision, l'accès au financement ainsi que leur autonomisation économique et sociale. The post Vivrier: la BM et la Côte d’Ivoire signent un accord de 125 milliards FCFA appeared first on Journal du Gabon.

  • Structures islamiques d’éducation en Côte d’Ivoire: 27 milliards FCFA à mobiliser

    Une table ronde a été organisée, vendredi à Abidjan, en vue de mobiliser plus de 27 milliards FCFA pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale d'intégration des enfants des structures islamiques d'éducation dans le système éducatif formel en Côte d'Ivoire. Organisée par le ministère de l'Education nationale et de l'alphabétisation, en partenariat avec l'UNICEF et l'Union européenne, cette table ronde vise à mobiliser plus de 27 milliards de FCFA (55 millions de dollars) pour appuyer le gouvernement ivoirien dans la mise en oeuvre de cette stratégie nationale. La Stratégie nationale d'intégration des enfants des structures islamiques dans le système éducatif formel est une réponse de l'Etat de Côte d'Ivoire à la problématique de 1,6 million d'enfants et d'adolescents hors du système scolaire. Cette réponse cible d'ici 2025, 330 000 enfants issus d'environ 3000 structures islamiques d'éducation non reconnues par l'Etat, rapporte l'UNICEF selon qui la Côte d'Ivoire s'est fixée l'objectif de compter parmi les pays ayant atteint l'émergence à l'horizon 2025 dans le cadre de son Plan national de développement 2021-2025. « Parmi les instruments d'opérationnalisation de cette politique éducative figure la Stratégie nationale d'intégration des enfants des structures islamiques d'éducation dans le système éducatif formel initiée par le Gouvernement ivoirien et adoptée en 2019. », a rappelé Prof Mariatou Koné, ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation. L'intégration de ces enfants dans le système formel contribuera fortement à l'atteinte de l'objectif de scolarisation universel de la Côte Ivoire qui vise la scolarisation de tous les enfants de 6 à 16 ans, à l'horizon 2025.  « Nous devons nous assurer que tous les enfants, quelques soient leurs conditions, accèdent à une éducation de qualité, sur un pied d'égalité afin qu'ils puissent développer leur plein potentiel.», a déclaré Marc Vincent, Représentant de l'UNICEF en Côte d'Ivoire. « C'est un droit que nous voulons rendre possible pour tous les enfants de Côte d'Ivoire, y compris ceux qui sont dans les structures islamiques d'éducation non formelle afin qu'ils deviennent des acteurs, comme les autres, du développement de leur pays », a-t-il ajouté. L'UNICEF et l'UE se sont engagés résolument en faveur de ce processus, mobilisant des fonds (respectivement 1,2 million de dollars et 3, 2 millions d'euros, soit plus de 2,6 milliards de FCFA au total) pour accompagner le gouvernement ivoirien dans la phase de démarrage de cette stratégie nationale. « Il est essentiel que chaque enfant ait droit à une éducation de qualité pour lui assurer un meilleur avenir. En soutenant la mise en œuvre de la stratégie nationale d'intégration des enfants des structures islamiques d'éducation, l'Union européenne entend contribuer au renforcement de la cohésion nationale et à la réduction des inégalités, en ne laissant personne derrière.», a renchéri l'Ambassadeur de l'UE en Côte d'Ivoire, Jobst von Kirchmann. La stratégie soumise dans le Programme d'investissement public (PIP) du Gouvernement sera mise en œuvre jusqu'en 2025 pour un coût estimé à environ 31 545 000 000 FCFA dont 16,2 milliards FCFA sur ressources propres de la Côte d'Ivoire. The post Structures islamiques d’éducation en Côte d’Ivoire: 27 milliards FCFA à mobiliser appeared first on Journal du Gabon.

  • Sénégal : Berlin soutient la production de vaccins anti-Covid-19

    L'Allemagne débloque une enveloppe de 13 milliards de FCfa pour accompagner l'Institut Pasteur de Dakar dans son ambition de produire les premières doses de vaccin contre le coronavirus durant le premier trimestre de 2022.C'est un appui de taille que vient d'obtenir l'Institut Pasteur de Dakar. Le ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, en visite dans la capitale sénégalaise, a annoncé que son pays va débourser 20 millions d'euros, soit 13 milliards de FCfa, pour accompagner l'Institut dans son programme de fabrication de vaccin anti-Covid-19. A côté de cet appui, Berlin va également inciter les initiatives d'acquisition de vaccins à effectuer leurs achats au Sénégal, une fois le produit disponible, a fait savoir M. Müller. C'est « un package inédit » que l'Allemagne vient d'offrir au Sénégal, s'est félicité le ministre sénégalais de l'Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott. Les deux ministres s'exprimaient après la signature d'un protocole d'accord pour la production de vaccins au Sénégal, tenue jeudi soir à Dakar, en marge d'un forum consacré à l'exploration des pistes de collaboration entre les secteurs privés des deux pays. « Ce protocole d'accord renforce la coopération dans différents domaines, tels que la lutte contre la pandémie de coronavirus à travers un appui à la production de vaccins anti-Covid-19 et de création d'infrastructures qui permettront à l'Afrique d'être autonome dans l'avenir contre les pandémies. On va travailler très rapidement pour que les ressources soient disponibles pour produire des vaccins moins chers », a assuré Amadou Hott. Poursuivant, il a indiqué que cet acte « est un signal fort pour les partenaires de l'Institut Pasteur. Ce soutien à un institut de classe mondiale est inédit ». Au-delà de cette assistance, M. Müller a également annoncé que son pays va débloquer cette année une enveloppe de 85 milliards de FCfa pour soutenir les projets de développement d'infrastructures et la formation professionnelle, les énergies et le changement climatique. « En 2021, nous prévoyons un accompagnement de 130 millions d'euros (85,15 milliards de FCfa). Nous voulons créer une communauté d'investissements privés entre les deux pays, car les conditions préalables sont réunies », a-t-il dit. The post Sénégal : Berlin soutient la production de vaccins anti-Covid-19 appeared first on Journal du Gabon.

  • Le Nigeria est-il capable d’imprimer le dalasi gambien ?

    La Gambie a récemment demandé l'aide du Nigeria pour imprimer sa monnaie, le dalasi, mais dans quelle mesure le géant économique ouest-africain est-il fiable pour mener à bien cette opération ?Le gouverneur de la Banque centrale de Gambie, Buah Saidy, a sollicité un partenariat avec son homologue nigérian afin de remédier à la grave pénurie de devises et aux autres problèmes de gestion monétaire auxquels son pays est actuellement confronté. La banque centrale de Gambie dépend de son imprimeur actuel, De La Rue de Londres, pour ses besoins en devises, ce qui, selon M. Saidy, a un coût prohibitif et est non viable à long terme. Selon lui, cette opération coûte à sa banque environ 70.000 (livres) à chaque fois pour transporter des devises imprimées du Sri Lanka vers la Gambie. De nombreux billets de banque gambiens sont de qualité douteuse, notamment les nouvelles coupures D20 et D10. Les problèmes monétaires sont si difficiles à résoudre que les banques gambiennes n'hésitent pas à émettre des billets de banque mous à leurs clients, car elles sont rapidement à court de billets neufs. Les nouvelles coupures introduites en 2019 ont déjà pris des rides irréversibles à cause de leur surutilisation et de leur mauvaise utilisation par un public gambien peu sensibilisé à la manipulation des billets de banque, en particulier ceux de type fragile, actuellement en circulation. Le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, Godwin Emefiele, a promis d'aider la Gambie, mais certains experts ont remarqué un fait gênant. Malgré l'existence d'un hôtel des monnaies au Nigeria depuis les années 1960, la nation la plus peuplée d'Afrique imprime sa propre monnaie, le naira, à l'étranger depuis des décennies. Critiquant cette anomalie, le professeur Lanre Olaniyan, économiste nigérian à l'université d'Ibadan, estime que la CBN devrait d'abord mettre de l'ordre dans ses affaires avant de proposer son aide à un autre pays. Il a déclaré que la capacité de la société Nigeria Security Printing and Minting, longtemps négligée, devrait être augmentée pour imprimer le naira dans le pays, avant de faire des affaires avec ses voisins ouest-africains. « Je suis conscient du fait que nous imprimons le naira à l'extérieur...La proposition de la Gambie montre que nous avons la capacité d'imprimer notre propre monnaie de manière indépendante et d'économiser des devises étrangères », a-t-il déclaré, cité par la News Agency of Nigeria (NAN). Selon l'économiste, tout dépendra de la capacité du Nigeria à mener à bien cet accord de frappe de monnaie avec la Gambie, qui servira de lever de rideau à d'autres projets commerciaux de ce type, avec d'autres pays. « Si nous sommes en mesure d'honorer cette proposition, d'autres pays feront des propositions similaires. C'est une situation de gagnant-gagnant pour le Nigeria et cela devrait nous encourager à gagner des revenus supplémentaires », a-t-il déclaré. Le gouverneur de la CBN, M. Emefiele, s'est montré très confiant et optimiste quant au fait que le Nigeria tiendra sa promesse d'aider la Gambie à faire face à ses problèmes de devises. « Et je puis vous assurer que nous pouvons être extrêmement compétitifs, ne serait-ce que du point de vue de la logistique et du fret en provenance d'Europe, mais ici, il ne faudra que quelques heures d'ici à la Gambie et aux autres pays », a-t-il déclaré à son homologue gambien Saidy. Il a ajouté que les responsables libériens qui ont visité les installations de frappe de monnaie du Nigeria en avril ont été fascinés par celles-ci. « Nous avons beaucoup de capacités inutilisées pour faire en sorte qu'au lieu d'aller en Europe ou dans d'autres pays, vous puissiez bénéficier de nos idées », a-t-il poursuivi. La Gambie mordra-t-elle à l'hameçon ? Des voix contraires s'élèvent dans les médias sociaux, notamment de la part de Gambiens ordinaires à cause de de la réputation de corruption du Nigeria. Réagissant à la nouvelle, Mahmud Nyassi a écrit : « Oh...où dans le monde le gouvernement de la Gambie a-t-il vu cela ?... Un pays corrompu comme le Nigeria imprimant notre argent... Parfois, je me demande si nous aimons vraiment notre pays ». En attendant, un certain Maxwell Charles du Nigeria, a déclaré : « J'espère que les Nigérians n'auront pas à payer pour une telle impression, au nom de je ne sais quoi ? » The post Le Nigeria est-il capable d’imprimer le dalasi gambien ? appeared first on Journal du Gabon.

  • L’UA plaide pour l’enregistrement des enfants à l’état civil

    En Afrique, plus de la moitié des enfants sont également privés de la pleine jouissance de leurs droits fondamentaux, selon la Commission de l'Union africaine.Les statistiques montrent que le continent a fait des progrès en matière d'enregistrement des naissances au cours des dernières décennies. Cependant, avec la croissance rapide de la population, les projections montrent que le nombre d'enfants non déclarés à la naissance continuera à augmenter pour atteindre plus de 100 millions d'ici 2030. « Si des mesures immédiates ne sont pas prises pour que chaque enfant ait une identité légale, cette situation bloquera l'atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU qui visent à atteindre l'enregistrement universel d'ici 2030 », a déclaré l'UA dans un communiqué. Le droit à l'existence légale est le premier droit de tout être humain sur la planète. Cette existence légale donne droit à la santé, à l'éducation, à la protection contre les abus et l'exploitation. Le droit à une identité légale s'incarne concrètement dans un document crucial, l'acte de naissance, qui établit le nom et la filiation de l'enfant. L'existence légale n'est pas seulement au cœur de tous les droits, elle est aussi la capacité d'une nation et de son gouvernement à concevoir et contrôler tous les services de base. Toutefois, pour faire de cette situation une occasion de mettre enfin un terme à l'indignité des enfants en Afrique, d'autres mesures doivent être prises, estime l'UA. C'est pourquoi, elle invite ses Etats membres à supprimer les frais qui s'appliquent fréquemment à l'enregistrement des naissances et qui constituent l'un des principaux obstacles à l'accès des groupes de population vulnérables, à prolonger ou à supprimer les délais en cas d'enregistrement tardif, à simplifier les procédures d'enregistrement et à établir des dispenses pour les documents manquants. A ce jour, seuls quelques pays d'Afrique garantissent la gratuité de l'enregistrement des déclarations de naissance. The post L’UA plaide pour l’enregistrement des enfants à l’état civil appeared first on Journal du Gabon.

  • Zambie : Kaunda, héros de la libération de l’Afrique australe

    Kenneth Kaunda, l'ex-président zambien, était le dernier d'une génération de dirigeants africains qui ont lutté pour la libération politique.M. Kaunda, décédé jeudi à l'âge de 97 ans dans la capitale Lusaka, a dirigé la Zambie de 1964 à 1991, date à laquelle il a gracieusement cédé le pouvoir au leader de l'opposition d'alors, Frederick Chiluba, qui avait remporté l'élection présidentielle. Alors que les messages de condoléances affluaient après sa disparition, l'attention a été attirée sur la contribution de Kenneth Kaunda à la libération de l'Afrique australe. Affectueusement connu sous le nom de KK, Kaunda a contribué à aider des pays comme le Zimbabwe, la Namibie et l'Afrique du Sud à arracher leur indépendance vis-à-vis du pouvoir minoritaire. A Pretoria, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a rendu hommage à l'engagement sans faille de Kaunda en faveur de la disparition du système d'apartheid. « Inébranlable contre les intimidations de l'Etat d'apartheid, il avait offert Lusaka comme siège du Congrès national africain (ANC) en exil », a déclaré M. Ramaphosa. Kaunda a risqué la sécurité de son propre peuple en offrant un refuge aux cadres de l'ANC dans les années 1980, Lusaka étant la cible de bombardements du régime sud-africain de l'apartheid. « Il s'est tenu aux côtés du peuple sud-africain au moment où nous en avions le plus besoin et il était constant dans son désir de réaliser notre liberté », a déclaré M. Ramaphosa. Il a décrété un deuil de dix jours en mémoire du défunt dirigeant zambien. Le président namibien, Hage Geingob, a décrit Kaunda comme un « géant » généreux et affable qui a consacré la majeure partie de sa vie à l'avènement de la liberté en Afrique australe. « Les Africains en général, et les Namibiens en particulier, lui seront éternellement reconnaissants pour sa contribution exceptionnelle à notre liberté », a déclaré M. Geingob. Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a décrit Kaunda comme un « combattant de la liberté, un homme d'Etat, un visionnaire et une icône de la lutte pour la libération ». « Il incarnait le véritable sens du panafricanisme, mettant son propre pays, la Zambie, en grand danger, afin d'offrir un abri sûr aux mouvements de libération de l'Afrique australe, ainsi qu'à ses peuples », a déclaré M. Mahamat. L'effusion de chagrin est également venue de l'extérieur de l'Afrique, avec le leader américain des droits civiques, le révérend Jesse Jackson, qui a déclaré que le continent s'est appauvri suite à la perte du défunt leader zambien. « La Zambie et l'Afrique ont perdu un champion de la liberté et j'ai perdu un véritable ami en la personne de l'ancien président Kenneth Kaunda », a déclaré M. Jackson. Fervent partisan de l'intégration et de la coopération régionales, M. Kaunda s'était fait le champion de la création de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) en avril 1980, aux côtés de l'ancien président tanzanien Julius Nyerere, du président fondateur du Botswana Sir Seretse Khama, de l'ancien président du Mozambique Samora Machel et de l'ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe. Il a accueilli le sommet inaugural de la SADC qui avait eu lieu au Centre de conférence de Mulungushi à Lusaka. Kaunda est né à Lubwa Mission, dans la province de Chinsali, en avril 1924. Il était le plus jeune des huit enfants de ses parents enseignants. Il était lui aussi enseignant de formation avant de rejoindre le Congrès national africain de Rhodésie du Nord (actuelle Zambie) en 1951. Il avait fondé le Zambian African National Congress en 1959, mais le parti a été interdit et avait refait surface quelques années plus tard sous le nom d'United National Independence Party. Kaunda est devenu le premier président de la Zambie après l'indépendance en 1964, à la suite d'une victoire écrasante aux élections organisées cette année-là. Il est resté au pouvoir pendant 27 ans avant de perdre les élections multipartites de 1991, remportées par Chiluba du Mouvement pour la démocratie multipartite. Il a consacré ses dernières années à la lutte contre le Vih/Sida, une maladie dont il a dit publiquement qu'elle avait emporté l'un de ses fils. The post Zambie : Kaunda, héros de la libération de l’Afrique australe appeared first on Journal du Gabon.

  • Nomination de 14 ministres-gouverneurs en Côte d’Ivoire

    Le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a signé vendredi un décret portant création de 12 nouveaux Districts autonomes et nomination de 14 ministres-gouverneurs, selon un communiqué du ministre-secrétaire général de la présidence, Abdourahmane Cissé Seuls les Districts autonomes d'Abidjan et de Yamoussoukro existaient. Ces 12 nouveaux Districts autonomes qui portent le nombre à 14, visent "un développement diversifié et équilibré sur l'ensemble du territoire national". Les Districts autonomes d'Abidjan et de Yamoussoukro sont dirigés respectivement par Robert Mambé et Augustin Thiam. Tous deux ont été reconduits.    Selon M. Ouattara, cela intervient dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de décentralisation et du développement local en vue de renforcer l'efficacité de l'action gouvernementale, le suivi et la bonne exécution des programmes et des projets.    Liste des Districts autonomes et des ministres-gouverneurs 1. District autonome du Bas-Sassandra : Philippe Legré 2.  District autonome de la Comoé : Pascal Abinan Kouakou 3. District autonome du Denguelé : Gaoussou Touré 4  District autonome du Goh-Djiboua : Louis André Dacoury-Tabley 5  District autonome des Lacs : Raymonde Goudou Coffie 6.  District autonome des Lagunes : Vincent Lohoues 7.  District autonome des Montagnes : Albert Flindé 8.  District autonome du Sassandra-Marahoué : Mathieu Babaud Darret 9.  District autonome des Savanes : Issa Coulibaly 10.  District autonome de la Vallée du Bamdama : Jean Claude Kouassi 11.  District autonome du Woroba : Moussa Dosso 12.  District autonome du Zanzan : Souleymane Touré 13.  District autonome d'Abidjan : Robert Mambé Beugré 14.  District autonome de Yamoussoukro : Augustin Abdoulaye Thiam Houphouët The post Nomination de 14 ministres-gouverneurs en Côte d’Ivoire appeared first on Journal du Gabon.